Zoom sur le conseil municipal du 19 septembre 2008:

Ce qui devait être un voeu constructif et consensuel déposé par moi-même et mes collègues de l'opposition pour exprimer notre attachement au maintien d'un poste de sous-préfet au lieu d'un conseiller d'administration est vite devenu un brandon entre les mains du président du groupe de la Majorité pour rallumer les braises de la bipolarisation de la vie politique! On nous sommes, la tête sur le billot, d'inclure une opposition à la réforme de la RGPP ( révision générale des politiques publiques) du gouvernement... La majorité avait préparé « son » voeu et pas question de faire preuve de bonne intelligence en raisonnant Montbard et non pas guéguerre politicienne. Cela m'a obligé à y aller moi-aussi de ma flèche décochée sur l'adoption de la réforme des institutions grâce aux voix (de la raison) de Jack Lang et du Parti Radical de Gauche. Non mais!

Grosse passe d'armes sur la question des comptes-rendus du conseil municipal et de l'adoption du Règlement intérieur pour lesquels des amendements in extremis sont adoptés. N'empêche qu'il va falloir tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de s'exprimer sinon: Pan , Pan! Ostracisme à la clé, le billet première classe pour la Sibérie ne devrait pas être remboursé par la ville (l'occasion d'avoir une pensée pour l'écrivain Alexandre Soljénitsyne décédé cette année).

Avant de vous laisser à la lecture de mes interventions dissidentes dont les ancres vous aiguilleront en fonction des principaux sujets abordés, méditons sur cet extrait d'une constitution d'une ex-démocratie populaire: « la liberté de parole, de presse, de réunion, de manifestation est garantie aux citoyens... mais ne peut être employée dans des buts hostiles au régime »



suite